Doctora Sandra Martíz

La Docteure

Je m’appelle Sandra Martíz Aguilar. Je suis née à Barcelone, et je suis femme, mère et médecin généraliste. Mon parcours académique et professionnel a débuté dans le champ de la recherche, à travers les études de Biologie humaine que j’ai réalisées à l’Universitat Pompeu Fabra (UPF). Après plusieurs années de formation, je me suis rendu compte que je préférais aborder la médecine d’un point de vue plus personnel, aux côtés du patient. Et c’est alors que j’ai décidé de me spécialiser en médecine.

J’ai donc fait des études de Médecine et de Chirurgie à l’Universitat Autònoma de Barcelona (UAB et Hospital del Mar), que j’ai terminées à l’Université Paris 7 (Diderot) au service de Médecine interne de l’Hôpital Saint-Louis. À la fin de cette étape académique, j’ai trouvé en Suisse la meilleure option pour continuer à me former en tant que spécialiste en Médecine interne au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) et à l’Hôpital du Valais (VS), où j’ai obtenu ma licence en tant que spécialiste FMH (Fédération des médecins suisses) en Médecine interne générale (Swiss Board Examination, Bâle).

Après plusieurs années de formation scientifique, je me suis rendu compte que je préférais aborder la médecine d’un point de vue plus personnel, aux côtés du patient. Et c’est alors que j’ai décidé de me spécialiser en médecine.

J’ai alterné le service de Médecine interne avec des périodes dans le service des Urgences. J’ai complété ma formation aux urgences par la réalisation d’un cours de Soins avancés en réanimation cardiovasculaire (SARC) à l’Hôpital Universitaire de Lausanne et de Médecine d’urgence préhospitalière / Médecin d’urgence (SSMUS) à l’Hôpital de Martigny, à Valais.

J’ai travaillé dans le service de cardiologie où, dans le cadre du programme de réadaptation cardiaque, j’ai eu l’occasion de suivre des patients présentant une cardiopathie ischémique et/ou une insuffisance cardiaque, et de contrôler les facteurs de risques cardiovasculaires. J’ai participé à l’étude de recherche sur la cardiopathie ischémique/angioplastie intitulée « BIOSTEMI » (publiée dans The Lancet en octobre 2019) et au projet du registre AMIS (Acute Myocardial Infarction in Switzerland)  concernant l’ensemble de la Suisse pour la saisie de données de patients souffrant de cardiopathie ischémique (Berne). J’ai collaboré à de multiples publications scientifiques dans le champ de la recherche fondamentale et clinique. Je suis formée en Bonnes pratiques cliniques (BPC), certifiées en recherche éthique, qui constituent une norme internationale de qualité éthique pour des essais cliniques réalisés sur l’homme.

Je me suis intéressée à d’autres disciplines de soins de santé (notamment aux facteurs psychosociaux et à la nutrition) pour approfondir mes connaissances et développer ainsi une approche globale du patient.

Mon parcours professionnel m’a conduite à un changement d’orientation, où j’ai voulu prioriser le concept de perception globale du patient. Je me suis intéressée à d’autres disciplines de soins de santé (notamment aux facteurs psychosociaux et à la nutrition) pour approfondir mes connaissances et développer ainsi une approche globale du patient. J’ai travaillé à la Clinique de Crans-Montana à Genève (Hôpitaux universitaires de Genève), où j’ai découvert l’approche multidisciplinaire : suivi global du patient avec une équipe de médecins, de psychologues, de nutritionnistes et de physiothérapeutes. Cette façon de travailler avec le patient m’a semblé plus efficace et plus humaine, et donne de meilleurs résultats.

En partant du principe de base d’une médecine personnalisée, on a du mal à croire qu’en règle générale, les particularités des patients aient été omises en fonction de leur genre et de leur sexe. Tant sur le plan académique que dans des domaines professionnels, ce manque de spécialisation existe, alors que les différences entre le corps masculin et le corps féminin sont évidentes, que ce soit du point de vue anatomique ou physiologique. C’est pourquoi j’ai décidé de me former à la Médecine avec une perspective de genre et à la Santé hormonale de la femme – Cycle menstruel, un cours dirigé par la docteure Carme Valls-LLobet, endocrinologue et directrice du programme DSQ (Dona, Salut i Qualitat de vida [Femme, santé et qualité de vie] du CAPS). Et je suis également membre de RedCAPS (le réseau du Centre d’Anàlisi de programes sanitaris [Centre d’analyse de programmes de santé]), un espace de rencontre qui a pour objectif fondamental de rapprocher les différentes professionnelles, dispersées sur l’ensemble du territoire espagnol, qui ont un regard semblable sur les femmes et sur leur santé.

Tant sur le plan académique que dans des domaines professionnels, ce manque de spécialisation existe, alors que les différences entre le corps masculin et le corps féminin sont évidentes, que ce soit du point de vue anatomique ou physiologique.

Actuellement, je suis les cours de la formation de Nutrition, Médecine et Santé hormonale de la femme, dispensés par l’Institut ICNS, ainsi que les cours pour l’obtention du diplôme en Nutrigénomique et Médecine orthomoléculaire, accrédité par la SENMO, la Société espagnole de nutrition et de médecine orthomoléculaire.

Ce site Web utilise ses propres cookies et ceux de tiers pour améliorer l’expérience de navigation de l’utilisateur et lui offrir des contenus et des services intéressants. Si vous continuez votre navigation, nous considérons que vous acceptez notre  politique de cookies.

J’accepte